On ira à Tombouctou !

Posté par imsat le 14 juillet 2010

Je le savais déjà mais elle tenait à me le rappeler. Mon père lui répondait presque toujours :  » On ira à Tombouctou !  » lorsqu’elle voulait évoquer avec lui des projets de voyage. Elle savait qu’il plaisantait, qu’il essayait de la mener en bateau en parlant ainsi, mais cela la contrariait quand même; elle pensait que Tombouctou n’existait pas, que c’était un mirage; mais il lui arrivait de supposer que la ville se trouvait quelque part à l’autre bout du monde. En général, elle préférait croire que c’était une chimère; elle le présumait à partir d’un faisceau d’éléments liés à la façon que mon père avait de le lui dire et peut-être aussi à ce que représentait la notion de voyage à l’époque (années 1950).

Nous passions nos vacances à Bougie ou à Bône, quelquefois à Khenchela, mais je crois que dans l’esprit de ma mère, voyager c’était d’aller plus loin que ces villes, au-delà même de l’Algérie. Pour elle, c’était une affaire de distance. Cependant, si telle était son optique, le pensait-elle vraiment ou était-elle simplement dans un « faux-semblant », une sorte de réplique appropriée à l’illusion créée et entretenue par mon père autour de Tombouctou ?

Tombouctou : dans la bouche de mon père, la référence à ce lieu, c’était le renvoi à un mythe en même temps qu’une façon de parler, de donner à rêver. Je l’ai compris bien plus tard. Pendant longtemps je me suis contenté de l’appellation de la ville, ne cherchant même pas à localiser l’endroit dans un dictionnaire ou sur la mappemonde. Aujourd’hui, Je me demande si la magie du nom n’aurait pas été considérablement atténuée si j’avais voulu savoir, comprendre. Pour ma mère, c’était autre chose, une perspective à mi chemin entre la fiction et la réalité.

Comment, cela dit, aurait-elle réagi si mon père avait lancé un autre nom que Tombouctou ?

Lorsqu’elle nous racontait cette anecdote (elle l’a fait à maintes reprises), chacun de nous l’interprétait à sa manière; personnellement, je retenais surtout que mon père savait être dans la légèreté, que la vie pour lui ce n’était pas que le travail, que son dialogue avec ma mère ne portait pas que sur l’intendance et qu’il pouvait aussi être taquin et agréablement superficiel.

Lamine Bey Chikhi

Une Réponse à “On ira à Tombouctou !”

  1. Anis dit :

    Il y a deux jours de cela, je disais à maman que « Tombouctou » est une ville du Mali. Elle me répondit: « Ah bon ! C’est drôle »
    je pense qu’elle a toujours préféré garder en mémoire ce que papa lui disait à propos de « Tombouctou » en fait presque rien si ce n’est qu’un jour il l’aurait emmenée « là bas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Moi et plein d'autre chose |
ttyl |
soireeentrefilles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les aventures de Maeva Carlino
| sandrinealexandre
| nonogody