Ce que je pense de Bouteflika -17-

Posté par imsat le 22 janvier 2014

Une après-midi du printemps 2000. Belle et ensoleillée. Je crois que c’était un vendredi. Conversation agréable et fluide avec HB le mari de ma cousine CC sur les choses de la vie. Et de fil en aiguille, nous nous sommes retrouvés à parler de Bouteflika dont le gouvernement n’était en activité que depuis 6 mois. Je me suis abstenu de poser ouvertement à HB les questions que j’avais en tête. Il en connaissait pas mal sur la politique de par son parcours riche et multiforme (il a été successivement officier de l’ALN puis de l’ANP, PDG d’une grande entreprise publique, député, ambassadeur). Je le savais discret et pondéré. Je savais qu’avec lui, il fallait laisser venir les choses, ne rien précipiter, ne pas faire preuve d’impatience. Il s’agissait non pas de polémiquer mais de converser dans la détente. Il ne fallait surtout pas que je me sente obligé de le contredire ou de relancer l’échange sur des points jugés imprécis. Il y a  comme cela des personnes qui ont beaucoup à dire et qui sont disposées à dire pour peu que l’on respecte leur inclination pour la mesure, pour la modération dans le propos, dans son contenu et dans sa formulation. Pour peu aussi qu’on ne leur donne pas l’impression de profiter de leur présence pour « en tirer le maximum ».

Il fera de son mieux. Sur Bouteflika, il m’a dit en substance: « Le Président ne ménagera pas ses efforts pour sortir notre pays de la crise, il fera de son mieux. Sa mission ne sera pas du tout facile. Mais il est déterminé, volontaire et intelligent; il a des ambitions pour l’Algérie. Sa longue expérience politique et diplomatique va l’aider dans sa tâche ».  Ce qu’il y a de bien avec des gens comme HB, sur le plan des idées, c’est qu’on n’est jamais tirés vers le bas. On n’est pas dans la stigmatisation, la critique gratuite ou le commentaire tendancieux. On ne relaie pas les stupidités que l’on entend ici et là sur telle ou telle personnalité politique. On est dans la nuance, la flexibilité, l’effort de décantation. On dialogue, on converse, on n’est pas dans la diatribe, on est dans un échange qui se veut constructif,  fécond. J’ai dit à HB que je partageais son avis d’autant qu’il connaissait bien pour les avoir vécues, les pierres d’achoppement, les pesanteurs susceptibles d’entraver, de ralentir la mise en oeuvre et la gestion d’un processus politique, et que, par conséquent, j’étais, comme lui, conscient de l’extrême difficulté de la tâche qui attendait le Président. J’ai ajouté que j’étais quand même heureux du retour de Bouteflika et que j’entrevoyais positivement les perspectives algériennes. Il m’a répondu : « Nous sommes d’accord ».

Lamine Bey Chikhi

Une Réponse à “Ce que je pense de Bouteflika -17-”

  1. unevieniplusnimoins dit :

    Bonjour,

    J’ai bien aimé ton blog!!
    N’hésite pas à venir voir le mien si la curiosité te pique (ou simplement l’ennuie…).
    http://unevieniplusnimoins.unblog.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Moi et plein d'autre chose |
ttyl |
soireeentrefilles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les aventures de Maeva Carlino
| sandrinealexandre
| nonogody