Escale proustienne -7-

Posté par imsat le 11 septembre 2014

Je ne suis pas le seul à dire qu’on peut lire Proust dans la discontinuité sans perdre le fil conducteur de sa méditation. Ses évocations sont dans un télescopage permanent mais positif, inspirant; Toutes sortes de personnages font des allers-retours incessants dans ses textes; ils suivent le rythme, le souffle de ses souvenirs. J’aime bien cette cadence; j’y adhère pleinement car elle fait cohabiter en bonne intelligence des images étalées dans le temps, pas forcément directement liées mais néanmoins susceptibles par un effet miroir d’aider à jeter des lumières multiples sur les personnages mis en scène. J’aime donc cette approche car elle permet de passer indifféremment et sans que cela suscite la moindre lassitude d’une situation à une autre. Le présent n’est jamais bien loin car il s’agit d’abord d’observer, de constater pour ensuite jeter les ponts avec le passé. Le mot esbroufe me vient à l’esprit. Je me rappelle en avoir parlé au début de l’été avec A. Nous nous sommes amusés à établir une espèce de classement des champions du bluff dans le cercle plus ou moins proche. Nous sommes tombés d’accord pour accorder le leadership à ML, les trois autres places revenant à K, R et Y. Naturellement, nous l’avons fait pour rire même si nous savions que ce « palmarès » recouvrait bien une réalité à laquelle j’avais personnellement déjà longuement réfléchi. Cela n’avait pas grande importance mais comme je tiens toujours à faire la jonction avec le passé, je me suis interrogé sur un certain nombre de postures. Peut-on être à la fois hâbleur et nostalgique d’un certain passé ou du passé tout court ? Je dis immédiatement non si je m’en tiens à l’exemple précité. Des bluffeurs, il y en a toujours eu. Chaque époque a les siens. Ceux à qui je fais allusion ont pourtant connu, vécu mon époque de référence. En vérité, ils n’en ont cure ! C’est cela qui me fait penser que la nostalgie, parce qu’elle n’est pas accessible à tous, devient précieuse. C’est une « denrée » rare. Et c’est cette rareté qui fait sa valeur. Mon propos sur l’esbroufe de ML et compagnie n’est qu’une digression sur l’étendue du champ d’investigation lié aux souvenirs et à leurs retombées.

Lamine Bey Chikhi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Moi et plein d'autre chose |
ttyl |
soireeentrefilles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les aventures de Maeva Carlino
| sandrinealexandre
| nonogody