• Accueil
  • > Archives pour novembre 2018

Bribes d’histoire -12-

Posté par imsat le 21 novembre 2018

S’expliquer sur l’histoire, c’est notamment s’intéresser à certains de ses non-dits. Et ces non-dits ne nous sont pas forcément ni toujours imputables. Je veux dire qu’ils impliquent quelquefois des tierces parties. Je vais illustrer ce propos en relatant deux situations. La première renvoie à une émission de la télévision publique algérienne diffusée dans les années 80 et consacrée à la dimension culturelle et historique des principales villes d’Algérie. Chacun de ses numéros durait un peu plus d’une heure. Celui relatif à Batna était animé par le chanteur Youssef B qui avait convié pour la circonstance M.Bouha un ancien de la ville, réputé pour sa connaissance encyclopédique de Batna. Bouha était aussi un homme de théâtre, un comédien, humoriste et scénariste; il dirigeait d’ailleurs la section théâtrale de la troupe Essaada de Batna, dans les années 60-70. Dès l’entame de l’émission diffusée depuis une salle de la ville (probablement du siège de la wilaya), et après avoir souhaité la bienvenue à l’assistance fort nombreuse, Youssef B demanda à M.Bouha de présenter sommairement l’histoire de Batna. Et Bouha commença en déclarant tout de go: « L’histoire de Batna remonte aux années 1840; la ville a été fondée par Napoléon III, mais, assez vite, des familles pionnières algériennes s’y installèrent, parmi lesquelles la famille Chikhi… » Mais Bouha fut aussitôt interrompu par l’animateur qui lui dit de façon expéditive: « Laissons cela de côté pour l’instant et parlons plutôt d’autres aspects plus « contemporains » de la ville… » Bouha était quelque peu désarçonné par cette coupure intempestive, discourtoise et infondée, mais il acquiesça et se mit à évoquer l’activité sociale et culturelle, l’art culinaire de la ville, quelques séquences de la guerre de libération, etc. L’émission resta polarisée autour de ces considérations; j’étais évidemment outré par cette censure flagrante d’un pan important de l’histoire de la ville. Je me suis demandé si elle était du seul fait du présentateur ou si elle lui avait été soufflée via son oreillette. Je pencherais plutôt pour la première hypothèse même si la seconde reste aussi plausible. Cela dit, il me paraît utile de souligner que Youssef B a commencé sa carrière de chanteur au sein du groupe musical Essaada dirigé alors par mon cousin Kamel Chikhi…

Lamine Bey Chikhi

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Bribes d’histoire -11-

Posté par imsat le 14 novembre 2018

Je m’étais promis de revenir sur certaines évocations soit parce que je les avais à peine esquissées soit parce que je trouvais que je n’en avais pas tiré tous les enseignements sur le plan de la réflexion. Celle qui, aujourd’hui, me paraît devoir être décryptée est liée à une sorte de phrase-sentence de mon cousin Chérif quelques mois avant son décès. Au terme d’une conversation que nous avions eue au sujet des archives dont il disposait et pour lesquelles j’avais manifesté un réel intérêt, il m’avait dit, placidement et l’air convaincu, assuré, comme s’il n’avait pas besoin d’argumenter: « A Batna, l’histoire des Chikhi s’est achevée en 1962″ Sur le coup, je me suis dit que je pouvais peut-être avoir des convergences avec lui; j’ai d’abord trouvé que son propos avait une résonance particulière, un certain retentissement. J’ai tout de suite pensé à « La fin de l’histoire et le dernier homme » le livre phare du politologue américain Francis Fukuyama paru en 1992 même si je savais que ce n’était pas du tout le même registre. Quelque chose dans ma tête me disait que je pouvais quand même établir des passerelles entre certaines de mes lectures et ma compréhension de l’histoire de ma famille. C’est d’abord à cela que le constat formellement implacable de Chérif m’a fait penser. Cette recherche de liens, cette tentation de l’extrapolation, c’est comme un réflexe que je cultive parce que j’estime que l’interactivité intellectuelle, les connexités dialectiques sont à puiser un peu partout et notamment dans ce que l’on a pu engranger comme idées, concepts, modes de raisonnement via nos lectures, nos échanges. Si j’avais revu Chérif, nous aurions pris le temps d’en discuter. Et je suis à peu près sûr que nous serions tombés d’accord pour considérer au moins que 1962 marque non pas la fin de l’histoire mais la fin d’une histoire de notre famille. Pour moi, le constat de la fin de l’histoire est d’abord porteur d’une nostalgie: nostalgie d’une époque que nous n’avons pas connue ou dont nous n’avons connu que des « reliquats » à travers ce que les adultes nous avaient raconté. La référence à l’époque dont il s’agit renvoie à un mode de vie, des rapports intra familiaux, des relations sociales, un patrimoine matériel et culturel, un processus de transmission, un héritage, des implications protéiformes (économiques, sociales, politiques…) d’une famille, la nôtre, dans le réel, les réalités d’une ville, Batna, entre le milieu du 19è siècle et l’indépendance du pays en 1962. Je crois utile de préciser que lorsque je parle de nostalgie, je le fais principalement sous le prisme de la famille. C’est donc une nostalgie familiale y compris quand la référence correspondante porte aussi indirectement sur son cadre temporel. A la limite, je pourrais même dire que l’époque en question n’aurait de sens que par rapport au sentiment que chacun d’entre nous éprouve pour notre famille, pour son histoire. C’est une affaire de perception, de sensibilité, sans doute aussi de conscience. Pour ma part, je soutiens que si je gomme les images, les anecdotes vécues ou rapportées en lien avec cet aspect mais aussi ce qu’elles pourraient susciter à un niveau individuel, eh bien les considérations relatives à la problématique de l’époque s’écroulent, disparaissent. Je tenais à le préciser de sorte qu’il n’y ait ni amalgame ni équivoque ou malentendu sur mes intentions ou sur mon approche de l’histoire. Il n’est pas exclu que je m’en explique à nouveau.

Lamine Bey Chikhi

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

Moi et plein d'autre chose |
ttyl |
soireeentrefilles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les aventures de Maeva Carlino
| sandrinealexandre
| nonogody