Bribes d’histoire -43-

Posté par imsat le 26 novembre 2019

Je lui ai dit: « On se reverra quand il fera beau et on évoquera d’autres souvenirs » Il m’a répondu sur le ton de la plaisanterie: « On évoquera ou on révoquera… » Cette idée de révocation m’a immédiatement plu parce que je l’ai trouvée originale, singulière. Dans mon esprit, cette notion n’avait de lien qu’avec l’administration, le droit, le travail, le licenciement, le congédiement, l’annulation, les fonctionnaires. Je l’entendais ainsi pour la première fois suggérer quelque chose qui n’avait rien à voir avec le sens originel du mot ni avec les domaines, les thématiques auxquels elle s’applique en premier.
Révoquer des souvenirs, est-ce possible ? Oui, mais je ne l’ai jamais conçu ni admis. Révoquer en l’espèce signifierait-il renvoyer encore plus loin dans le passé ? Cela pourrait aussi vouloir dire effacer, zapper, occulter, marginaliser, néantiser, faire l’impasse, en prendre connaissance sans s’y attarder, rejeter d’un revers de la main…ou encore carrément ne pas du tout regarder derrière-soi. Ce serait rester sur l’instant présent, l’oeil rivé sur les perspectives. Mais alors, comment s’enraciner dans une histoire ? comment retrouver des moments de vie, des traces de vie ? Comment assumer un devoir de mémoire ? Comment tout simplement transmettre si l’on révoque les souvenirs comme me l’a suggéré Madjid ? Quand j’évoque des séquences du passé, je le fais certes pour moi, parce que cela me ravit, parce que j’en ai besoin mais aussi et peut-être surtout pour ceux qui ne sont plus parmi nous. Ce n’est pas seulement une façon de leur dire que je ne les l’oublie pas mais pour leur signifier que ce qu’ils ont entrepris, réalisé, laissé n’a pas été vain. Je le fais aussi pour les vivants mais j’avoue que je pense d’abord et essentiellement aux disparus, à tout ce qu’ils ont bâti et à ce qu’ils auraient voulu, aimé, souhaité faire, communiquer mais que, pour diverses raisons, ils n’ont pas concrétisé. Il ne s’agit pas seulement de choses matérielles mais de paroles, de recommandations, de préconisations, d’écrits, de rêves. Révoquer des souvenirs ? A ce jour, c’est  bien tout le contraire que j’ai fait et j’en suis satisfait. Mais je serais curieux d’en parler avec Madjid pour savoir exactement ce que cela pourrait signifier pour lui. Si cela voudrait dire se délester de l’inutile, du superflu, de ce qui ne sert à rien, je le comprendrais d’autant plus facilement que c’est ce que disent la plupart des gens fâchés avec la nostalgie, mais je n’y adhérerais pas parce que, dans les images du passé, tout est important ou en tout cas digne d’intérêt.
Lamine Bey Chikhi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Moi et plein d'autre chose |
ttyl |
soireeentrefilles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les aventures de Maeva Carlino
| sandrinealexandre
| nonogody